29/10/2008

278. "03" Son of Dave 29/10/08

Son of Dave 03Soyez convaincus que ce mois et demi de silence bétablogant s'est faufilé entre les paquets d'octets à l'insu de notre volonté... Cela dit, avec toutes nos plates et confuses, nous voici de retour, et ça va continuer à déménager dans les woofers, les tweeters, les toutc'quevousvoulers, bref les enceintes (à qui, combien de fois faudra t'il le dire, il faut laisser sa place dans le bus, bande d'inciviques)... Reprenons donc en gardant pincéé au bout de nos doigts quelque poussière d'étoiles qui nous tombe encore des yeux, orbites tréssaillantes sous les vibrations d'acouphènes bien mérités, depuis ce soir du autant, entre un retour de vacances à la beauté sauvage de la nature et une remise la tête hors de l'eau de circonstance... Or donc, nous vîmes l'énergumène sur scène au sein de la très utérine salle de la Rotonde et c'est une expérience qui marque… Dans une autre vie, c’est aujourd’hui connu, Benjamin Darvill fut mannequin pour simulation d’accidents de voitures et, par là-même, quinze ans plus jeune mais avec déjà cette étrange allure d’albinos anoréxique, était donc le multi-instrumentiste de ce groupe dont le tube devrait, aujourd’hui, nous inciter à manger des frites surgelées, bref, passons… Parce que tout ceci, en vérité, à notre humble niveau, a démarré grâce à Belgacom (ce qui est du plus bel effet de cirage de pompe à écrire dans un article d’un blog skynet, mais ne manque pas d’une pointe d’hypocrisie non plus vu comment le wi-fi nous lâche sans prévenir et sans raison pour le moment)… Mais par contre, pas de soucis avec le décodeur, c’est justement sur France4 (en exclu sur BelgacomTV, on « voo » le dit comme ça en passant) qu’on tombe sur Taratata (on l’a déjà dit, la tante de Nagui ne se prénomme pas Tara, non) et qu’on découvre donc le fils de Dave (c’est compliqué toutes ces références croisées, qu’est-ce que notre gay batave préféré vient faire dans ce brol, maintenant ?), en duo (y’en a marre des parenthèses mais le fait est qu’un artiste seul qui se produit avec un groupe, c’est difficilement un duo mais n’ergotons pas de trop s’il vous plaît, on a paumé les Dafalgan en Allemagne la semaine passée, si on pouvait éviter les maux de tête, ça serait bienvenu) avec la formation americana-roots-franco-étatsunienne Moriarty… Achats de disques s’ensuivent et nous voici revenus, non sans nids de poule à vous flinguer deux jantes et deux pneus (ah mais, c’est qu’on a des comptes à régler avec le coquin de sort), à ce soir du autant à la Rotonde… Son of Dave, dans son costume presque trop grand, avec son micro vissé trop bas, a mis des claques à tour d’harmonica, de tape-du-pied et de beatbox rémoulu par son séquenceur portable, à ce public étrangement un peu amorphe… Qu’à cela ne tienne, hors des genres, à cheval entre le blues, le funk et la folk, avec une louche débordante de soupe anarfestive pour lier le tout, Son of Dave a déjà sorti trois disques depuis qu’il a revêtu cet antiuniforme de king des hommes-orchestre… 03 est, en toute logique, le dernier en date, sorti à la fin 2007 et, à n’en point douter, le plus facile à trouver en magasin… A ce propos, nous serions bien mous et gluants de ne pas vous conseiller, plus que jamais, d’acheter vos disques hors des supermarchés et autres structures anonymes… préférez une boutique spécialisée où les prix ne seront pas nécessairement très différents mais le service sera inégalable (ceci était notre bonne action hebdomadaire en faveur du petit commerce)… Bon, avouez, vous le sentiez venir, ou du moins ceux d’entre vous qui ont fait l’effort de se farcir tout ceci jusqu’au point final (qui va arriver dans exactement 34 mots), et vous aviez raison, après tant et tant d’absence, disons-nous à la prochaine avec une vidéo glanée sur youtube… Son of Dave reprend « Harder, Better, Faster, Stronger » des Daft Punk… Take it.

Seb & Rox

  

Écrit par Pierre et petit pain dans Muddy Feet | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.