05/12/2008

282. "LOVEY" Lemonheads 05/12/08

Lemonheads LoveyC'est vendredi soir, demain matin, le grand saint sera passé mais là tout de suite, il fait mauvais, mauvais, mauvais, avec de la pluie, du froid, de l'obscurité toute dégueulasse... Mais je ne vous apprends rien, c'est certainement la même chose de l'autre côté de votre fenêtre, un début décembre crasseux qui ne se sera même pas longtemps camouflé sous le blanc de la neige avant de laisser son gris tout récupérer... Gris aussi ce poing tendu vers l'avant qui sert de pochette à ce disque du jour... Sorti en 1990, Lovey (qu'on pourrait traduire par Mamour) était la première plaque des Lemonheads à voir le jour chez une maison de disques majeure (en l'occurrence Atlantic Records, une filiale de Warner) après trois albums parus à la fin des 80's sur l'obscur label Taaang (rien à voir avec le jus en poudre, non)... C'était aussi le premier LP guidé par le seul Evan Dando, devenu auteur-compositeur quasiment exclusif depuis le départ du co-fondateur Ben Deily moins d'un an plus tôt... Apparaît alors que Dando était des deux celui qui penchait le plus vers des chansons construites et mélodiques et ici, on entend déjà les succès qui viendront de 92 à 95... Assurément mineur dans la discographie du groupe qui, par consensus, est considéré comme l'un des jalons du rock américain alternatif des décennies 80 et 90, Lovey cache tout de même deux, trois perles dont "Half the time", "Ride with me", "Stove" ou "Left for dead (clang bang clang)" qui peuvent encore parfois surgir dans les setlists des concerts actuels d'Evan Dando et ses nouveaux complices... Cela dit, parce que ce serait un peu court pour passer sur quasiment un mois de silence bloggueur, je m'en vais vous laisser avec trois devinettes-calembours très très indignes et trop tordues pour vraiment faire rie mais bon, voici... 1) Quel peut bien être le rapport entre un buste du lider maximo réalisé par un potier et une maladie de saison transitoire ? 2) Et quid de cette tradition méconnue dans la ville au large des îles d'Or, tradition durant laquelle les gens attachent des pots de substance laitière à leurs cordes à linge ? Ah, on vous avait dit que nous avions reçu plein de gens en même temps dans notre maison ? 3) Pour finir, un petit monsieur-madame qui peut plaire aux auditeurs de Nostalgie ou de Classic21: Monsieur et Madame De Windt ont un fils, comment l'appellent-ils ?

Écrit par Pierre et petit pain dans Outside the box | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |

Commentaires

Je sais pas..... Point commun si j'ai compris entre Fidel Castro - Lardinois- et la déprime....????
JE CHERCHE? JE CHERCHE.

Écrit par : claudine | 10/12/2008

Hé au boulot!!!!!
Allez donc faire un tour vers le nouvel album (il n' a quand même que trois mois) d'Yves Jamait et allez donc faire un tour sur le forum et le site de Yves Trevidy...
Il me semble avoir lu sur ce blog un sujet sur la Blanche Hermine de Servat.Il y a plus d'un point commun entre les deux bons hommes.

Écrit par : claudine | 11/01/2009

Un Disque par Jour Hello, mon blog et le tien partagent le même concept, que dirais-tu qu'on se backlink?
Beau travail
MouF
mouf.over-blog.com

Écrit par : MouF | 15/01/2009

Les commentaires sont fermés.