08/06/2010

289. "WATERLOO" Abba

ABBA WaterlooDonc, pour raisons X et Y, me suis retrouvé, il y a dix jours, à regarder le Grrraaand concours Eurovision de la chanson, pour la première fois depuis dix ans... Un rapide constat qui n'engage que moi, Piotr "Peter" Nalitch et ses Amis méritaient largement de finir à une meilleure place mais, aussi, auraient dû chanter en Russe... Et c'est finalement ce qui me dérange le plus dans cette cascade de ritournelles fondamentalement toujours guimauve (nous sommes bien d'accord, the image kitschounette de cette édition, c'est le déploiement d'ailes de papillons des chanteuses du Belarus), c'est que plus personne ou presque ne chante dans sa langue nationale, uniformisant la compétition dans du tout-à-l'anglais, au détriment, par-dessus le marché (unique, donc, c'est acquis), de ceux qui font encore l'effort de sortir des mélodies de leurs idiomes parfois peu chantants (je pense ici au duo finlandais qui méritait largement d'aller en finale, à la place, par exemple, de ces vomitoires Moldaves)... Et pourtant, j'aurais bien tort de charger les nouvelles générations d'Eurochantonneurs, ne font-ils pas que suivre l'exemple de leurs illustres aînés ? Quand Benny, Björn, Agnetha et Anni-Frid dite Frida remportent la timbale en 1974, ils ne chantaient guère en Suédois... Et le tremplin mondial qu'a constitué le Concours pour le quatuor scandinave a forcèment marqué les mentalités... L'album du même titre, sorti dans la foulée de la victoire, n'est pas encore le plus probant des deux couples, même si la maestria mélodique de barbuto aux claviers et de glabrito à la guitare ne sont déjà plus à prouver... Mais l'un dans l'autre, Waterloo le LP ne compte comme autre single à succès que "Honey, Honey" et à peu près aucune véritable pépite... Sur cette réédition-ci, de 2001 sur le label maison Polar (et achetée pour pécadilles dans le fameux bac de démarques déjà évoqué d'un magasin souvent cité), on trouve, comme de par hasard pour m'énerver, Waterloo et Honey Honey chantés en suédois... Cela dit, il n'est pas certain que le tube napoléonien aurait eu le même impact international dans cette version... Et puisque le livre d'histoire sur l'étagère est toujours en train de se répéter, je vous quitte en vous rappelant que c'est dans dix jours que le petit caporal va à nouveau se retrouver sa tronche à terre sur la morne plaine.     

Écrit par Pierre et petit pain dans Aglagla | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.